François Negret se costume sur-mesure le rôle de Marco

  

Le tournage de la bande-annonce, avec les autres acteurs, se déroulera fin février au Théâtre 95.

Il n'a même pas vingt ans lorsqu'il fait ses débuts avec Costa Gavras dans « Conseil de famille ». Acteur discret, à la carte de visite imposante, il tourne depuis le milieu des années 80 et s'est révélé au grand public grâce au film de Louis Malle « Au-revoir les enfants ». Depuis, il a tourné régulièrement pour son compagnon de route Brisseau (« Noce blanche », « De bruit et de fureur », « Les anges exterminateurs ») et privilégie un cinéma d'auteur indépendant et audacieux. Nommé à deux reprises aux César, il reçoit le prix Michel Simon des mains de Shirley Mac Lane en 1988.

François Negret alterne les rôles à la télévision, au théâtre et au cinéma où on a pu le voir récemment dans « La religieuse », « Grand central » et « Tip top ».

En 2015, il sera à l'affiche de « Graziella » de Mehdi Charef, aux côtés de Denis Lavant et Rossy de Palma.

Pour Brigitte Sy, il était vital de na pas passer à-côté du personnage de Sergueï dans « Les mains libres ». Elle avait vu François dans le film « De bruit et de fureur » de Brisseau, il avait marqué son esprit. François est le seul comédien qu'elle a rencontré : « Ce sont les certitudes de sa voix, de son visages, de la manière qu'il a de bouger son corps. François est un être silencieux dont la voix, lorsqu'elle sonne, nous descend le long de la colonne vertébrale et dont le regard, lorsqu'il s'arrête sur nous, nous fixe pour une petite éternité. »

Avoir travaillé avec Tinto Brass, Schoendoerffer, Cedric kahn, Guillaume Nicloux, Olivier Ducastel et Jacques Martineau, lui amène une spécificité dans un langage international et révèle sa très large palette de jeu.

Ses débuts fracassants m'ont particulièrement marquée. Je suis heureuse de le retrouver car nos deux univers et état d'esprit se rejoignent aujourd'hui, c'est pourquoi je l'invite avec joie et grande excitation à embarquer pour notre croisière au long cours ! « Et continuer de... t'aimer » n'a pas fini de nous surprendre...