E la nave va



 

Désormais, « é vogue le navire », en hommage au maestro Federico Fellini. Je fus affiliée à lui à plusieurs reprises. D'abord à mes tout débuts par mon « baptême de mer » au cinéma, au festival de Cannes en 1982. C'est en tant que l'une des dernières authentiques starlettes, avec grande fierté, que j'ai présenté cette année là l'affiche emblème du 35e festival de Cannes signée par ce grand metteur en scène.

C'est seulement en 1989 puis deux autres fois encore jusqu'en 1993, que j'ai eu la chance et la grande émotion de rencontrer Fellini à Rome et d'échanger des moments uniques avant, pendant et après son dernier film « La voce della luna ». C'est à cette époque qu'il m'engage pour son dernier film en préparation qu'il n'aura pas le temps de réaliser.

Aujourd'hui, comme une parabole représentant mon parcours artistique, j'ai la vision d'un immense paquebot quittant finalement le port. Le navire fendant les flots invite à bord toutes les personnes qui ont envie d'embarquer vers le Cap des Succès. Remontant le temps contre vents et marées, barrant cap nord-ouest vers l'Angleterre des années 1941 et 1960, (comme la chaloupe d'André Gillois en 1942), tout en immortalisant les moments présents vécus au Theâtre 95 à Cergy-Pontoise.



    Camille - Emilie - Joël - Christelle

Pour moi, aujourd'hui c'est une immense récompense que de pouvoir dérouler la bobine du fil rouge et or de ce projet au Théâtre 95. En effet, ces jours-ci, mon imaginaire grandissant, c'est l'échoppe du tailleur-couturier qui apparaît sous mes yeux, avec ses « petites mains ». En effet, Camille et Julien à la communication, sous le regard éveillé d'Emilie, ont faufilé le patron de notre proposition, jusqu'à sa validation par le grand patron Joël Dragutin : nous sommes visibles sur le site http://www.theatre95.com. Allez y !

   


                                                                                                        Marie-Jo et sa caméra

Jeudi 3, malgré un emploi du temps très chargé avec toutes les activités de la saison théâtrale 2014-2015, Anne-Marie Layrac, Secrétaire Générale du théâtre, m'a accordé une interview sous forme de cordiale conversation. Elle souligne avec conviction le travail remarquable du Théâtre 95 et de son équipe autour des écritures contemporaines et en particulier de celle, novatrice, réaliste et poétique, à l'humour grinçant, de Joël Dragutin, fondateur du lieu. Puis assises toutes les deux dans cette magnifique salle Visconti, nous avons évoqué les possibilités immenses, cinématographiquement parlant, que nous offre cette salle modulable. Et c'est sous son regard empli d'une curiosité bienveillante qu'ensemble nous avons envisagé les capacités surprenantes de l'endroit en tant que studio de cinéma (les passerelles, les coursives, l'acoustique...). Et continuer de... t'aimer se situant à Londres, je projette d'utiliser l'ensemble du Théâtre 95, la salle Arendt en tant que telle et de nombreux autres endroits du bâtiment afin d'y recréer l'atmosphère de Londres à ces deux époques (1960 et 1941)


 


Pourquoi une création culturelle européenne ? Le Théâtre 95, couronne d'or rayonnante du « phare ouest » du Grand Paris, devrait propulser ce film jusqu'en Angleterre et pourquoi pas dans la lumière du monde. Une pièce innovante, adaptée de ce scénario, devrait être programmée à la sortie du film en avant première dans ce lieu.




Dans notre prochaine news, vous pourrez suivre les aventures de Marco, notre petit tailleur de Londres.

 

Marco et Ginette