Et continuer de... t'aimer est un film qui a une longue histoire. C'est la réalisation d'une promesse faite à deux grands hommes, André Gillois et John Berry. Ce long métrage propose une radiographie de l'âme humaine faite à la lumière des bombes de la dernière guerre mondiale. Les passions sont à l'oeuvre : la peur, la survie, l'amour, la trahison. Qu'aurions nous fait à leur place ? "Qui peut prétendre ne jamais avoir trahi de sa vie?" Ce que nous étions et ce que nous sommes devenus par la force des choses... la force de la vie... de la survie.


P01.jpgJe m'appelle Ariana Kah, je suis comédienne, productrice, détentrice des droits cinématographiques de l'oeuvre « Le petit tailleur de Londres » d'André Gillois, et co-auteur du scénario « To go on loving... you » de John Berry, devenu aujourd'hui «Et continuer de... t'aimer» que je vais réaliser. Je fus la collaboratrice de ces deux grands hommes, en France et aux USA. A la fin de leurs vies, ils m'ont tous deux choisie comme leur porte-parole, me faisant promettre de réaliser leur voeu le plus cher : porter à l'écran du monde « Le petit tailleur de Londres ». Lors d'un rendez-vous avec la production de Martin Scorcese à New-York en 1998, qui était intéressé par ce projet, j'ai eu l'honneur de lui porter une lettre de recommandation que John Berry lui adressé : « ...ainsi je t'envoie Ariana KAH, my partner, my lead actress, and my soul ». Quelques jours avant sa mort, André Gillois me faisait promettre de continuer à m'impliquer jusqu'au bout dans la réalisation de ce film et d'en être le rôle féminin principal : Yézéra. Avec force et conviction, dans un souffle, ses derniers mots résonnent en moi pour toujours , dédicace hommage à l'humanité: « L'important, c'est l'amour ». Suivirent de longues années de gestation, un travail approfondi durant 8 ans de formation technique (mise en scène, direction d'acteurs, production, apprentissage de différentes caméras numériques, montage final cut, lumières, son), au cours desquelles je me suis appropriée le scénario par un important remaniement, développant la partition lyrique, tout en gardant l'âme et l'esprit de l'original. Aujourd'hui, mémoire vivante de ces deux êtres exceptionnels, je suis enfin prête à tenir ma promesse.


Joël Dragutin, qui est acteur, auteur, metteur en scène et Directeur du Théâtre 95 à Cergy Pontoise, avec qui je travaille depuis 5 ans et qui joue un des rôles principaux dans le film, nous met à disposition l'ensemble des lieux du theâtre pour préparer le projet, pour une sorte de "résidence cinématographique". Cela va permettre que le théâtre 95 entre en industrie sur ce projet de création culturelle dans le cadre d'une convention de co-production.


Le tournage proprement dit est prévu au 1er trimestre 2015. J'ai autour de moi aujourd'hui une équipe de gens très talentueux (Les acteurs : Philippe Ferran, Joël Dragutin, David Ayala, Jacopo Menicagli, Nick Millett, Mirabelle Wassef, Billy Boyer, Léopold Simalty, Régis Iacono, Jean-Marc Cojean, Bo Shrem, Chantal Sarédarian, Charles Kerdilès, Gabrielle Petrovic... et les autres : Sophie Lellouche, Chantal Philippart, Catherine Klingler, Frédérique Laher, Damien Augé, Jean-Claude Ducouret, Julie Wassef, Marine André, Marie-José Auriac, Christelle Coquille, Damien Augé, Frédéric Bonicel, Patricia Cointot, Hyacinthe Vendomele, Johnathan Renoiard-Cointot, Céline Leylavergne, Sabine Dundure, Emilie Barneff avec toute l'équipe du théâtre 95), qui, se sentant impliqués dans ce questionnement de la pensée universelle, se sont imposés dans ce projet au fil des années. Car tous les êtres humains sont confrontés personnellement à cette question en situation de survie.