P02.jpg«Le petit tailleur de Londres », sorti en 1959, est une oeuvre d'André Gillois. Fuyant la persécution des juifs, arrivé à Londres en 1942, père du « Chant des partisans » et devenu porte-parole du Général de Gaulle pendant la résistance par le biais de la radio, pour remplacer Maurice Shumann, à la BBC, jusqu'au jour du débarquement. Il nous a quittés le 18 Juin 2004 à l'âge de 102 ans. Ce roman est une transposition fictive de son activité depuis Londres dans la Résistance, particulièrement Yougoslave, où l'on se déchirait plus encore qu'entre Français.











P03.jpgJohn Berry en a tiré le premier scénario à l'origione de « To go on loving...you » en 1960. Séduit par cette grande histoire d'amour, où les trahisons sont à l'honneur, comme dans la vie. Comme en écho au combat qu'il avait mené toute sa vie contre l'injustice et les oppressions sociales contre les communistes durant la « chasse aux sorcières » du Mc Cartysme, le roman d'André Gillois allait raviver les blessures secrètes du scénariste-réalisateur Américain.


Ariana Kah et John Berry





Mais bien plus que cinéaste et romancier, Berry et Gillois étaient avant tout deux humanistes. C'est cette particularité qui nous a réunis tous les trois. Ce goût de la liberté, une certaine rébellion contre l'injustice et cette passion de l'être humain au-delà de la trahison.






Quelques jours avant sa mort, André Gillois me faisait promettre de continuer à m'impliquer jusqu'au bout dans la réalisation de ce film et d'en être le rôle féminin principal : Yézéra. Avec force et conviction, ses derniers mots résonnent en moi pour toujours , comme une dédicace, un hommage à l'humanité : « Il faut garder l'espoir de l'amour ».


Ariana Kah et André Gillois